Bolivie : arrestation du général rebelle accusé de tentative de coup d’État

Les militaires dans les rues et de vives tensions en Bolivie ces dernières heures. Mercredi, le chef des forces armées du pays a été destitué et arrêté après avoir massé des hommes et des blindés devant le palais présidentiel à La Paz en affirmant vouloir « restructurer la démocratie », dans ce que le président Luis Arce a dénoncé comme une tentative de coup d’État.

Le général Juan José Zúñiga a été appréhendé alors qu’il s’exprimait devant la presse à l’extérieur d’une caserne de la capitale, après s’être retiré avec ses troupes de la place Murillo, devant le palais présidentiel, qu’ils avaient occupée plusieurs heures.

« Vous êtes en état d’arrestation, mon général ! », lui a lancé le ministre de l’Intérieur Jhonny Aguilera, qui accompagnait les policiers, selon les images diffusées par la télévision publique. Le haut gradé a été conduit au siège d’une unité spéciale de la police pour être interrogé par le parquet, qui l’accuse de terrorisme et soulèvement armé.

Avant d’être arrêté, le général Zúñiga a soutenu devant les journalistes avoir agi sur ordre du président Arce, qui lui aurait demandé dimanche de « préparer quelque chose » pour rehausser sa cote de popularité.

« La démocratie doit être respectée »
Dans la journée, le général et ses hommes avaient avancé en rangs serrés dans les rues de La Paz jusqu’à la place Murillo, où ils avaient positionné huit véhicules blindés et lancé des gaz lacrymogènes sur toute personne tentant de s’approcher. Le président Arce avait alors dénoncé sur le réseau social X « les mouvements irréguliers de certaines unités de l’armée bolivienne ». « La démocratie doit être respectée », avait lancé le chef d’État de gauche.

Un véhicule blindé a tenté d’enfoncer une porte métallique du Palacio Quemado, le siège de la présidence, où le général Zúñiga est entré brièvement avant d’en ressortir. Entouré de soldats, l’intéressé a affirmé que « les forces armées tentent de restructurer la démocratie, d’en faire une véritable démocratie. Pas celle de quelques-uns, pas celle de quelques maîtres qui dirigent le pays depuis 30 ou 40 ans ».

Des rumeurs depuis quelques jours
Depuis le palais, le président Arce a destitué le général rebelle et fait prêter serment sur le champ à un nouveau commandement des forces armées, selon les images retransmises en direct à la télévision nationale. « Nous sommes face à une tentative de coup d’État par des militaires qui salissent l’uniforme », a dénoncé le président au cours de la cérémonie.

L’ex-président Evo Morales (2006-2019) avait, lui aussi, affirmé sur X qu' »un coup d’État se prépare » et appelé « à une mobilisation nationale pour défendre la démocratie ». Une fois ceux-ci partis, Arce est sorti sur le balcon de son palais pour saluer ses partisans rassemblés par centaines sur la place. « Personne ne peut nous enlever la démocratie que nous avons gagnée », a-t-il lancé.

Des rumeurs circulaient depuis mardi selon lesquelles le général Zúñiga, en poste depuis novembre 2022, pourrait être démis pour avoir outrepassé ses fonctions. Dans une interview lundi à une chaîne de télévision, il avait affirmé qu’il arrêterait Morales s’il persistait à vouloir se représenter à la présidentielle de 2025 alors que la Cour constitutionnelle a décidé en décembre 2023 qu’il ne le pouvait pas. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.