Litige Foncier à Oussouye : Le Maire de Mlomp regrette les propos ‘’violents’’ de son homologue d’Oussouye et invite l’administration de trouver une issue heureuse à ce problème.

Lors de sa deuxième sortie médiatique ce samedi sur l’affaire dite de Djirouha qui défraie la chronique dans le département d’Oussouye, le maire de la commune de Mlomp a exprimé toute sa désolation à propos du litige foncier qui oppose sa collectivité locale à celle d’Oussouye non sans proposer face à la presse régional des pistes de réflexions pour solutionner définitivement ce problème qui  dure et perdure.

Le maire de Mlomp Michelle Diatta a d’abord rappelé les circonstances qui ont provoqué l’incident du 10 mai dernier.  ‘’Pour cette fois, ces populations de Oussouye sont venues le jeudi 07 mai 2020 saccager les vergers d’anacardes et verser tous les produits dérivés de l’exploitation (jus d’anacarde) des populations Mlomp Djicomol et de Loudia Ouoloff dans la dite zone’’ a soutenu Mr. Diatta entouré de quelques dizaines des populations de la commune de Mlomp.

‘’Après avoir été saisi par le chef de village de Djicomol, je lui ai demandé d’en parler à l’autorité (Sous-Préfet de Loudia Ouoloff), qui en toute responsabilité a diligenté le problème en demandant au chef de brigade forestière des eaux et forêts de Loudia Ouoloff de se rendre sur les lieux afin de constater les dégâts’’ poursuit le premeir magistrat de cette commune par ailleurs inspecteur de l’éducation et de la formation.

Le 10 mai 2020, un homme a été atteint par balle dans le site dénomé Djirouha et qui fait l’objet du litige. Le maire de Mlomp Michelle s’est alors donné la liberté de revenir sur le film de l’incident : ‘’ Et comme pour eux il s’agit peut être d’un match de football, naturellement après une pause de 72 heures ils sont repartis le dimanche 10 Mai 2020, pour terminer ce qu’ils avaient commencé et c’est en ce moment qu’ils ont trouvé sur les lieux un jeune exploitant qu’ils ont essayé d’intimider avec des machettes et coupe-coupe, pourchassé, voir même encerclé et c’est ce qui a abouti à la blessure d’un des leurs par balle aux pieds, chose qui nous désole tous. En outre les assaillants en se retirant, ont pris en otage des enfants qu’ils ont trouvé sur place. Nous pouvons tous imaginer le traumatisme qui peut être causé’’.

Après avoir reçu la convocation de l’autorité départementale lors  de la rencontre du comité départemental de gestion et de prévention des conflits élargie qui s’est tenue à Oussouye le Mercredi 20 Mai 2020, Mr. Diatta dit avoir  constaté et écouté toutes les déclarations du Maire et de la délégation de Oussouye. ‘’Un comportement qui reste non seulement à désirer mais également non digne d’un responsable en ce sens que les  collectivités territoriales sont des démembrements de l’état. Ces préceptes susdits justifient à suffisance et motivent ce point de presse. Chères populations d’Oussouye, l’heure n’est plus au discours guerrier, d’ailleurs le contexte ne sied pas, l’heure est à combattre notre ennemi commun qui nous tiens en haleine et en otage : le virus du Covid 19’’ a-t-il regretté avant de poursuivre dans un ton qui renferme la déception : ‘’Dire que les jeunes de Oussouye sont allés pour dessoucher leurs domaines d’exploitation ; n’est pas la version réelle’’.

Le maire de Mlomp très en verve face aux journalistes affirme qu’il ose  croire que ces ‘’brigands’’ sont manipulés dans le but de détruire les plantations des populations de Mlomp et non  pour dessoucher comme la prétendu récemment son collègue maire. ‘’C’est  une destruction de biens appartenant à autrui. Devant la loi, nous sommes tous égaux et nous faisons confiance à la justice sénégalaise’’ a-t-il toutefois souligné.

Selon lui, ce conflit a trois aspects  distincts: un aspect administratif, un aspect traditionnel/coutumier et un aspect politique. ‘’Je rappelle à l’opinion qu’il y a de cela un an, le Maire d’Oussouye avait planté des bornes de délimitation dans notre commune sous prétexte de réaliser une extension de sa commune ; une bévue, une faute administrative qui se justifie par une ambition politicienne démesurée’’ a-t-il martelé.

Il faut surtout noter à l’en croire que cette zone dite conflictuelle se trouve dans le périmètre administratif de la commune de Mlomp et cela, depuis son érection en communauté Rurale depuis 1978.  ‘’Et pour preuve, la communauté Rurale de Mlomp avait en son temps cédé, après concertation un espace de 06 ha pour abriter le projet dit NIANING des jeunes de Ouffouleul (quartier de la commune d’Oussouye) qui, aujourd’hui, se proclame propriétaire terrien dans une commune à qui elle avait sollicité clémence de façon pitoyable pour l’implantation dudit projet pour le bien être de ces jeunes car n’ayant pas suffisamment d’espace. C’est aberrant’’ scande-t-il.

Le maire de Mlomp a aussi tenu à préciser que pour pallier à tous ces problèmes, les communes de l’arrondissement de Loudia Ouoloff disposent et maitrisent bien les limites communales. ‘’Je rappelle que la bande Djihoua tant convoitée, est une forêt  communautaire qui se trouve totalement dans le périmètre communal de Mlomp. Un site qui mérite l’élaboration de son plan d’aménagement que nous allons entreprendre dans un futur proche avec les services et autorités compétentes afin de régler définitivement ce dit problème’’ a-t-il expliqué.

L’exploitation d’un domaine ne fait pas de l’exploitant un propriétaire selon Michelle Diatta qui a rappelé que ces zones agricoles en question  sont de tout temps exploitées par les populations de Djicomol limitrophes à celles de Loudia Diola du coté Ouest. ‘’Nous ne connaissons pas une appartenance traditionnelle autre que celle des populations de Mlomp Djicomol’’ a-t-il argumenté soulignant que ‘’l’heure n’est plus à la conquête des territoires car nous sommes quand même au 21e siècle’’.

Le maire de la commune de Mlomp trouve  très regrettable de voir les réactions de certains responsables politiques qui au lieu de faire appel à l’apaisement afin de continuer à vivre dans une parfaite harmonie comme ce fut toujours, choisissent la  division, la manipulation ou la plaisance à des fins personnels. ‘’Aujourd’hui, l’heure est au développement de nos collectivités, à l’éducation, à la santé, aux soutiens et concertations mutuelles entre autres ; telle est ma préoccupation majeure’’.

Il a tout de même tenu à lancer un ultime message aux forces vives du département de faire en sorte que les politiques ne puissent avoir le pouvoir de manipulation sur les populations car dit-il, ‘’si nous sommes là c’est vous qui nous avez élus non pas pour vous desservir, non plus pour vous inciter à la violence, à la confrontation armée mais plutôt pour insuffler une cohésion sociale, un bien être, en un mot le développement local’’.

‘’Nos désirs d’aspirer à un second mandat ne doivent pas nous permettre de manipuler nos populations pour atteindre nos objectifs en faisant couler du sang dans cette terre sacrée du Kassa où le « GNAIGNAI » occupe une place très importante’’ argue-t-il tout en rappelant que  le roi SIBILE de Mlomp, dès son intronisation, a non seulement appelé au calme et à la sérénité mais également a demandé à l’administration de trouver une issue heureuse à ce problème.

GMS/ Amady Khalilou Diémé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *