Mali : le commandant de la Forsat inculpé pour « meurtres » mais libéré sous la pression des policiers

INTERNATIONALE- Un commandant de la Force spéciale antiterroriste (Forsat), Oumar Samaké, a été écroué vendredi pour le rôle présumé qu’il a joué dans la répression sanglante des manifestations de juillet 2020. Mais il a été relâché au bout de quelques heures sous la pression de policiers en colère.

 

Le commissaire divisionnaire Oumar Samaké, à la tête des forces spéciales antiterroristes au sein de la police (Forsat), a été placé en détention dans le cadre de l’enquête sur la répression de la contestation du mois de juillet 2020, sous la présidence d’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK).

La nouvelle de son inculpation et de son incarcération a immédiatement suscité la colère de nombreux policiers qui se sont rassemblés, en armes et uniformes, devant la maison centrale d’arrêt de Bamako, pour exiger sa libération. Le commandant de la force spéciale antiterroriste Forsat a été finalement relâché et a quitté les lieux, en voiture, sous les acclamations de ses collègues.

 

Dans quelles conditions Oumar Samaké a-t-il été extrait de la maison d’arrêt quelques heures à peine après son inculpation ? Qui en a donné l’ordre ? Cette libération signe-t-elle la fin de la procédure engagée à son endroit par la justice malienne ? Ou s’agit-il d’une mesure temporaire destinée à éviter des violences, avant une nouvelle interpellation ? Aucune des autorités contactées par RFI, au sein de la justice, du gouvernement ou de la présidence malienne n’a pu ou n’a souhaité apporter de précisions à ce stade.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *