Nord Sindian : plus de 300 élèves déplacés, 32 établissements fermés, un plan de contingence enclenché

L’opération de démantèlements des bases de rebelles entamée par l’armée suit son cours dans le nord Sindian (département de Bignona). Cette action de l’armée a permis de neutraliser selon la DIRPA des bases rebelles que sont : Bakingaye, Guikess, Katama, Katinoro, Karounor, Tampindo/Kafounda et Younor. Une importante quantité d’armes et de munitions de guerre, des matériels divers et surtout des véhicules volés et gardés depuis plusieurs années ont été découverts.   Des rebelles ont pris la fuite et plusieurs d’entre eux ont été tués, dont certains dans leurs bunkers. De cette opération plusieurs villageois se sont déplacés le long de la frontière Sénégalo-Gambienne. 

Cette opération n’est sans conséquence, en effet des villages tels que Kanfounda, Kandioungon, Koundoro et autres ont fui les bombardements, parmi ces réfugiés une centaine d’élèves.

Les crépitements d’armes ont créé une peur au sein des potaches dont la plupart se déplacent d’un village à l’autre pour aller à l’école.

Nous recevions des appels des enseignants qui étaient inquiet sur l’ampleur de la situation et nous avons décidé d’un commun accord avec l’IEF de Bignona 1 de suspendre les enseignements apprentissage au niveau de la bande frontalière à la Gambie pour des raisons de sécurité – explique Cheikh Faye

La suspension est due à la situation compliquée afin d’éviter d’exposer les élèves et les enseignants. Cette mesure préventive est par ricochet soutenue par les parents d’élèves.

Pour assurer la continuité des enseignements apprentissages pour ces enfants qui sont déplacés, nous avons procédé au recensement de l’ensemble des élèves déplacés, ceux qui sont partis en Gambie et ceux qui sont dans le territoire sénégalais. Nous avons commencé à les intégrer dans les écoles des villages d’accueil des communes d’Oulampane, Djibidione et de Sindian. Le flux continue et dans certaines zones on a déjà dépassé la capacité d’accueil des écoles – Inspecteur d’académie de Ziguinchor.

Vu la situation préoccupante des mesures d’urgence s’imposent, ainsi un plan de contingence a été mis en place en collaboration avec le ministère de l’éducation nationale. Des classes spéciales seront construites dans 14 sites déjà identifiés. Ces classes seront en abri provisoire, équipés en table banc et en matériels pédagogiques et didactiques pour un nombre d’élèves de plus de 300. L’objectif principal est d’éviter la rupture de scolarité de ces élèves surtout ceux qui sont en territoire sénégalais.

Le nombre d’écoles fermées tourne autour d’une trentaine toutes situées le long de la frontière. A cela s’ajoutent les CEM de Sitoukéne et de Nialé où les parents ont décidés de retenir les élèves à la maison.

Depuis vendredi 18 mars 2022, de nombreuses communautés ont accueilli des personnes, notamment des femmes et des enfants, qui ont fui les détonations et coups de feu, en provenance des zones de combats, dans le Nord-Sindian, à la lisière de la frontière entre le Sénégal et la Gambie.

Dans un communiqué publié mardi dernier par la direction de l’Information et des Relations Publiques des Armées. La grande muette annonce la poursuite de son action et rassure sur sa détermination à traquer les rebelles du MFDC jusque dans  leurs derniers retranchements, à l’intérieur du territoire national et partout ailleurs.

GMS/ Ansoumana DASYLVA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.